Ostéopathie en entreprise

par | Oct 25, 2021

Ostéopathie en entreprise

L’ostéopathie est encadrée légalement depuis plus de dix ans en France. Cette thérapie manuelle étant de plus en plus plébiscitée, ses secteurs d’activités se sont diversifiés. L’ostéopathie en entreprise se développe fortement ces dernières années. Celles-ci font appel à notre pratique pour la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) et du stress.

Les Troubles Musculosquelettiques (TMS)

Les TMS sont des pathologies qui atteignent les tissus mous (muscles, tendons et nerfs principalement) et les articulations des membres supérieurs et inférieurs. Elles se manifestent par la douleur mais aussi par des pertes de force, raideurs ou encore de la maladresse. Quel que soit leur localisation, elles sont susceptibles de devenir irréversibles et d’entraîner un handicap durable. 

Les Troubles Musculosquelettiques (TMS)

 Les TMS sont, et de loin, les maladies professionnelles reconnues les plus fréquentes. Leurs causes étant directement liées au poste de travail et de son environnement, son organisation ainsi que les conditions sociales de l’entreprise. On retrouve ces troubles dans tous les domaines d’activités. Les recensements des TMS ont permis d’établir un tableau statistique intitulé 57RG qui donne un aperçu de la répartition des différentes pathologies selon les régions du corps. Ce tableau a été mis à jour régulièrement depuis sa création en 1991 jusqu’à aujourd’hui. En voici une représentation grâce à une figure.

 Tous les secteurs sont concernés, de l’agroalimentaire au BTP en passant par la métallurgie, les activités de bureaux et les services à la personne. Les TMS reconnues au tableau RG57 n’ont cessé d’augmenter chaque année avant de connaitre une régression légère en 2012.

Grâce à la courbe suivante, on constate le nombre de personne ayant bénéficié d’un arrêt de travail à cause d’un TMS reconnue. 

Les Troubles Musculosquelettiques (TMS)

Les risques pour les personnes travaillant dans l’administration et les bureaux

Les employés travaillant dans les bureaux sont affectés par les TMS mais également les conséquences du stress. Les symptômes les plus fréquents de ces employés sont :

  • TMS (principalement du membre supérieur)
  • Troubles du sommeil
  • Des douleurs qui se font plus ressentir
  • Possible apparition de fatigue morale

Rester plusieurs heures devant un bureau et/ou un ordinateur entraîne :

  • Engourdissements 
  • Sensations de brulures ou de fourmillements
  • Faiblesses musculaires
  • Maux de dos (cervicalgie, dorsalgie, lombalgie)
  • Palpitations
  • Enflures
  • Sensations de raideur, ankyloses

Les conditions de travail entrainent également du stress qui, en trop grande quantité, entraine des conséquences somatiques comme : 

  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Maux de têtes
  • Troubles du sommeil
  • Perte de l’appétit et trouble de la digestion
  • Sueurs inhabituelles
  • Maux de dos
  • Nervosité
  • Palpitations

Conséquences pour l’entreprise

Les conséquences de tous ces troubles de la santé chez les employés ne sont pas négligeables pour les entreprises.  Selon l’INRS, les TMS ont à eux seul, sur l’année 2012, provoqué 10 millions de journées d’arrêt de travail et près d’un milliard d’euros couvert par les cotisations d’entreprise. Le cout moyen d’un TMS (soins + indemnisation) s’élève en moyenne à 21 000 euros. 

Les TMS ne concernant que les membres supérieurs et inférieurs, les maux de dos ne sont pas compris dans leurs statistiques. Les maux de dos sont également un enjeu de santé publique au travail. Les maux de dos les plus fréquents sont les lombalgies. En effet cette région du rachis est celle qui subit le plus de contraintes chez les personnes travaillant dans les bureaux. Les chiffres recensés par l’INRS montrent que :

  • 1 lombalgie sur 5 entraine un arrêt de travail. 
  • 20% des accidents du travail sont liés à une lombalgie
  • 2 mois d’arrêt en moyenne pour un accident lié à une lombalgie

Au total les accidents du travail, accidents de trajet et maladies professionnelles liés à une lombalgie représentent 12.2 millions de jours perdus au travail, soit 57 000 équivalents temps plein.

A la vue de ces données, il est aisé de comprendre que le bien-être et la santé des employés est une préoccupation fondamentale pour le bon fonctionnement d’une entreprise. L’employeur et la structure d’encadrement des employés peuvent donc agir sur deux fronts principaux : 

  • La mise en place de moyens de prévention globale des risques professionnels (identification des facteurs de risque, prévention auprès des employés)
  • Adoption de mesures adaptées pour un employé souffrant (encourager à consulter les médecins et praticiens de santé, analyser les conditions de travail et les adapter) 

C’est là que l’ostéopathie apporte sa pierre à l’édifice, car les ostéopathes peuvent travailler sur ces deux fronts.

Les bienfaits de l’ostéopathie en entreprise

Grâce aux nombreuses techniques manuelles enseignées dans le cadre de la formation des ostéopathes, ceux-ci sont aptes à agir et entrer dans le protocole de soin d’un patient, quelle que soit sa condition (sportif, retraité, employé, enfant etc.). Pour le personnel administratif, l’ostéopathe peut par exemple agir sur les TMS, sur le stress ou les maux de dos grâce aux techniques qu’il réalise. La mise en place d’un programme ostéopathique en entreprise améliore de manière significative le bien-être des employés et aura des effets directs sur leurs performances de travail. Un salarié bien dans son corps est un salarié plus performant.

 

Une étude de Perinetti L. et Bozzetto M. publiée dans La Revue de l’Ostéopathie a montré que sur une durée de huit mois, en ayant organisé des consultations d’ostéopathie sur les horaires de travail, que 97,4% des 151 employés traités (345 consultations en tout) ont remarqué une amélioration par rapport à leur motif de consultation. Le taux d’absentéisme a diminué de 22,7 % et 68,9 % ont estimé que le traitement ostéopathique leur avait évité un arrêt de travail. 

En 2007, Pascal Iratçabal réalise un mémoire sur L’Intérêt de l’Ostéopathie dans la Prévention des Arrêt Maladie. Il en conclue que pendant la période d’intervention d’une ostéopathe dans l’entreprise, le nombre de jours d’arrêt de travail ont été divisé par six.  

Il est donc évident que l’ostéopathe apporte un plus dans la qualité de vie des salariés d’une entreprise et par conséquent dans le fonctionnement de l’entreprise elle-même.